L'ouverture en 10 questions

L'enjeu de l'ouverture est de mieux répondre en proximité aux partenaires nationaux.

Seuls les EPLEFPA sont membres du réseau. On ne confond pas "membre du réseau" et "partenaire" . La seule exception est le CNPR, pour des raisons historiques.

Préférence FORMATIONS se caractérise par son mode d'action et non par son objet (à l'instar de l'APREFA).

Préférence FORMATIONS est un réseau de structures (EPL) et non de Personnes (à l'instar de l'Association des proviseurs, de l'ANDIRACCP, ...).

La gouvernance de Préférence FORMATIONS repose sur les établissements (à l'instar des réseaux thématiques ou géographiques de la DGER).

Préférence FORMATIONS n'a jamais eu la vocation, ni l'envie, de représenter l'enseignement agricole public. Le réseau a toujours pris soin de préciser cette position à ses interlocuteurs professionnels comme institutionnels. La représentation des établissements par le réseau nécessite une légitimité qui repose sur un mandat explicite pour l'attribution duquel aujourd'hui, aucune modalité n'est prévue. Le mandat de représentation est donc à ce jour limité par le cadre des actions du réseau, pour les établissements qui y sont librement engagés. Et cela restera inchangé à court terme.

Mais, avec l'ouverture, la question va immanquablement se poser : ·

- Les établissements la posent : En 2014, l'AG pose parmi ses priorités pour l'année 2015 : " Etre identifié, connu, reconnu " ; L'AG 2016 définit comme première priorité à l'ouverture " Préférence FORMATIONS peut être le porte-parole des établissements auprès de partenaires et institutions nationaux ". ·

- Les problématiques de développement commercial pour la formation professionnelle continue nous la posent : Comment concurrencer sur le territoire des structures telles que l'AFPA, les Greta, la Fédération des MFR ou même les APP...

- L'institution se montre parfois très demandeuse d'un représentant de l'appareil.

L'ouverture nous contraindra donc à imaginer, sans doute en lien avec d'autres acteurs représentatifs, les bornes et les modalités d'une fonction représentative du réseau. Le COMEX travaillera sur cette thématique pour proposer un " dispositif de représentation " à l'Assemblée Générale en 2018 ou 2019.

Dans une logique inclusive, il ne peut y avoir d'engagement formel des établissements. L'appartenance au réseau sera donc formalisée par un courrier nominatif du Président du réseau à destination des décideurs des établissements. Ce courrier sera accompagné d'une présentation des finalités, valeurs et principes et des éléments de règlement intérieur. Préférence FORMATIONS mettra à disposition des décideurs les outils leur permettant le relais de cette information officielle vers leurs agents.

Il n'a jamais été question de gratuité. Rien n'est gratuit dans Préférence FORMATIONS. C'est un élément constitutif du réseau impulsé en 2004 par la DGER avec l'obligation d'atteindre à terme une autonomie financière.

Rien n'est gratuit dans un réseau, sauf à considérer que l'investissement des établissements dans la recherche d'information, la réflexion, la vie du réseau, le pilotage ou l'organisation de la mise en œuvre des actions ne leur coûte rien !

La contribution financière attendue des établissements n'est pas supprimée, mais liée plus étroitement à l'engagement dans l'action :

- La logique d'adhésion faisait de cette contribution un préalable à toute mobilisation dans Préférence FORMATIONS. C'était une logique exclusive.

La logique d'appartenance (d'inclusion) fait sauter la condition préalable à l'engagement. Elle permet aux établissements d'accéder à l'information, de participer aux réflexions collectives et de choisir en toute connaissance de cause leur degré de mobilisation et d'engagement.

En décalant la contribution financière vers l'action, l'objectif n'est pas de générer l'engagement mais de lever une barrière qui peut l'empêcher. Tout le monde s'accorde à considérer que le frein à l'engagement n'est ni le montant ni le principe, mais le défaut d'information et de représentations relatif à ce qui se passe au sein du réseau. Or, dans le système actuel, le préalable de l'adhésion bloque l'accès à l'information et la possibilité de modifier ses représentations par la participation aux travaux collectifs.

C'est incompatible avec la notion même de réseau, telle que portée par Préférence FORMATIONS depuis son origine : Si l'inclusion est de principe, l'engagement, lui est volontaire.

La question s'est posée en 2004 et la DGER a tranché : c'est incompatible avec le principe d'autonomie des EPL, qui constitue la force de notre appareil et dont Préférence FORMATIONS se réclame.

 

 

Aujourd'hui, celui qui ne souhaite pas s'engager, voire celui qui souhaite conduire son projet hors du réseau, ne peut pas empêcher les autres de s'engager dans un projet collectif. En quoi la situation serait-elle différente demain ?

Celui qui souhaite exprimer son autonomie en s'opposant à une résolution/proposition dans le cadre des instances (assemblées générales ordinaires ou liées à un projet) peut le faire. En quoi l'expression de cette opposition serait-elle néfaste au débat demain ?

Le principe d'autonomie des EPL est frappé au fronton de ce projet d'ouverture, non seulement comme cadre de l'action, mais également comme objectif du réseau. Principe fondateur de l'Enseignement Agricole Public, il s'impose à tous comme cadre de régulation.

Il n'y a pas de " petits centres " pour Préférence FORMATIONS. Rien dans le réseau ne fait référence à la taille du centre ! Ce n'est pas la part fixe de l'adhésion (1000 euros) qui finance l'émergence de projets, mais, soit la part variable (les 6%) qui est liée à l'activité soit, au besoin, le fonds de roulement !

Un service Accompagnement de projet existe déjà dans Préférence FORMATIONS. Il évoluera vers un service "Accompagnement à l'émergence de projet" qui sera calibré pour être accessible pour tous les établissements.

Le réseau a évolué, gagné en maturité. En dehors même du projet d'ouverture, on évolue d'un modèle militant vers un modèle professionnel.

Avec l'ouverture la finalité  "Apporter une réponse de proximité et de qualité à toute demande en lien avec la formation sur le territoire " a été réécrite autour d'un objet social moins exclusif que la "réponse à la demande".

Les valeurs, elles, restent constantes :

La solidarité s'enrichira des principes d'autonomie des membres et d'équité, plus ou moins forte en fonction du degré d'engagement ·

L'engagement volontaire, service public, proximité et respect de la territorialité restent au cœur de l'identité du réseau. ·

La subsidiarité évolue en complémentarité d'une appropriation plus facile. ·

S'y ajouteront, sous une forme qui reste à définir, les principes d'action liés au fonctionnement en réseau : autonomie, multicentralité, mutualisation, coopération et équité, parce qu'ils sont issus de la réalité du fonctionnement de Préférence FORMATIONS.

Quant à une orientation "affairiste" (réponse aux appels d'offre par exemple), le réseau est avant tout une "machine à répondre" ... aux sollicitations des établissements. A eux de le solliciter pour des objets moins "affairistes".

Le financement institutionnel du réseau représente 2.5 ETP + 40000 € annuels. Il n'a jamais été conçu par la DGER comme une prise en charge d'un service aux "non adhérents", la DGER ayant toujours considéré que l'adhésion était un choix ne reposant que sur la volonté des établissements et que donc, son financement du réseau bénéficiait à tous ceux qui le voulaient. Le Ministère finance la contribution du réseau aux politiques publiques dans le cadre de ses choix d'actions sur lesquelles il cible ses demandes de financement dans le cadre du Dispositif National d'Appui.

Rien ne changera du fait de l'ouverture.